Décontamination du matériel

5 juin, 2010

Désinfection des matériels respiratoires en plongée subaquatique

La transmission indirecte des maladies bactériennes ( staphylococcie, tuberculose…), virales (herpes, hépatite A, B, C,VIH…), parasitaires (amibes…), fongiques (candidose…) par l’intermédiaire d’un embout buccal de détendeur (et de façon générale par toutes les pièces pouvant être contaminées par la salive dans les appareils respiratoires à recyclage de gaz) n’a jamais été formellement démontrée ; cependant le pouvoir pathogène potentiel de ces bactéries, virus, parasites et levures font qu’un risque de contamination est possible en particulier chez les personnes dont l’immunité est défaillante.
La prophylaxie de ces maladies transmissibles est donc un acte responsable et même une impérieuse nécessité pour notre fédération qui statutairement doit préserver la santé de ses licenciés.

La première des recommandations à respecter est la désinfection de cet embout buccal (de façon générale de toutes les pièces pouvant être contaminées par la salive) en particulier lorsqu’il vient juste d’être utilisé ; elle doit se faire avec un produit :
• à action rapide,
• non toxique pour l’homme,
• non agressif pour le matériel,
• non polluant pour l’environnement,
• si possible bon marché
Des produits comme l’eau de javel dilué au 1/10 sont à proscrire : il s’agit d’un caustique qui dénature le caoutchouc et corrode l’aluminium ; de même, tous les produits à base de glutaraldéhyde, principe actif utilisé pour la désinfection des dispositifs médicaux thermo-sensi¬bles ne sont pas adaptés à ce type de désinfection souhaitée.
Cette désinfection doit se faire par trempage pendant 15mn (ce temps de trempage maximum garantit l’action désinfectante) avec des produits à base d’ammonium quaternaire tel que :
• Esculase© du laboratoire Rivadis™ dilué à 0,70 % : 2 sachets de 35 g dans 10 litres d’eau (pH après dilution : 10.5 ± 0.5 )
• Hexanios© du laboratoire Anios™ dilué à 0,5 % : 1 dose de 50 ml dans 10 litres d’eau. L’avantage de ce produit est que, après dilution, le pH de la solution obtenue est neutre (7 ± 0.5) ce qui en fait un produit non corrosif
Cette liste est indicative et non exhaustive, d’autres spécialités existent, fabriquées par d’autre laboratoires sont disponibles ; dans tous les cas, respecter le mode d’emploi.
D’autres produits conduisant à un pH neutre après dilution peuvent être utilisés ; pour en savoir plus sur cette question, consultez le site suivant : http://www.sfhh.net/ (site de la Société Française d’Hygiène Hospitalière), page 6, où vous pourrez trouver toute la liste des produits détergents-désinfectants pour la désinfection des dispositifs médicaux (paragraphe C de la liste positive des désinfectants) qui peuvent être recommandés.
Même si les produits cités ci dessus ne sont pas toxiques pour l’homme, n’oubliez pas, après trempage, de rincer le matériel à l’eau claire.

Dr Bruno Grandjean
Mars 2007