Recommandations fédérales

5 juin, 2010

La CMPN rappelle aux médecins :
• que l’examen médical permettant de délivrer ce certificat de non contre-indication engage la responsabilité du médecin signataire de ce certificat, seul juge de la nécessité d’éventuels examens complémentaires et seul responsable de l’obligation de moyens.
• que le médecin examinateur peut, s’il le juge utile, en fonction des circonstances et de l’état de santé du plongeur, imposer des limitations relatives aux activités fédérales, au temps, fréquence, et autres conditions de plongée.
• que le certificat médical ne doit jamais être pratiqué à l’improviste, sur le terrain ou dans les vestiaires avant une compétition, le certificat médical de complaisance est donc prohibé (article R.4127-28 du code de la santé publique [article 28 du code de déontologie]).

• que le contenu et la rigueur de l’examen doivent tenir compte de l’âge et du niveau du pratiquant.

La CMPN conseille aux médecins :
• de tenir compte des pathologies dites « de croissance » et des pathologies antérieures liées à la pratique de la discipline,
• de consulter le carnet de santé,
• de constituer un dossier médico-sportif.
• D’utiliser le modèle de certificat médical établi par la CMPN : Bien que le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la plongée scaphandre puisse être rédigé sur papier libre, la CMPN conseille fortement aux médecins l’utilisation du modèle fédéral (annexe 2-1) portant au verso la liste actualisée des contre-indications et téléchargeable sur le site Internet de la fédération

La FFESSM Conseille aux membres et licenciés :
De privilégier, chaque fois que possible, le recours à un médecin fédéral et ce même dans les cas où le certificat de non contre indication peut être délivré par tout médecin.

La CMPN préconise :
Une mise à jour des vaccinations